ASAP

Ad Safe As Possible (ASAP) accompagne les annonceurs publicitaires qui souhaitent protéger leur image de marque des discours de haine, complotistes, manipulatoires (Fake news) et offensants sur Internet.

Cette problématique de Brand Safety est de longue date une composante importante de la stratégie des entreprises. Mais elle se heurte à l’absence de solutions efficaces malgré une triple tendance de fond: la multiplication des sites à risque, des consommateurs de plus en plus concernés et l’explosion de la part du marché publicitaire automatisé programmatique

Une solution de Brand Safety efficace est un besoin crucial pour les entreprises, notamment car c’est une demande forte des consommateurs. Environ la moitié d’entre eux déclarent que la diffusion d’une publicité en parallèle d’un contenu indésirable porte atteinte à l’image de la marque annonceur (rapport AdColony, avril 2019). 

Or, les entreprises ont largement perdu le contrôle sur la diffusion de leurs campagnes publicitaires et s’exposent au risque de retombées négatives. Un risque bien réel: rien que sur le web francophone, nous avons identifié plusieurs centaines de sites qui diffusent ces discours de haine, complotistes ou des Fake news. Et ils sont loin d’être groupusculaires: des dizaines dépassent les 100.000 visites mensuelles, certaines culminant même à plus d’un million. Les sites recensés dans la base de données ASAP totalisent plus de 100 millions de pages vues par mois. Soit autant de risques pour les marques, puisque ces sites sont nombreux à embarquer les modules publicitaires des grands acteurs du marché.

Concrètement, une marque qui achète aujourd’hui de l’espace publicitaire ciblant un profil d’audience (méthode programmatique) s’expose au risque de voir sa campagne diffusée sur un de ces sites à risque. Les exemples sont nombreux et personne n’est épargné. En 2017, des marques prestigieuses (McDonald’s, L’Oréal, Disney…) ont été épinglées après que Google, à travers sa plateforme d’hébergement de vidéo YouTube, ait diffusé leurs bannières publicitaires sur des contenus violents, racistes, antisémites, terroristes ou homophobes. Depuis, des activistes adeptes du “name and shame” sont apparus. Leur action ciblant les marques dont les campagnes sont diffusées sur des sites haineux a un fort impact médiatique et auprès des consommateurs (“Sleeping giants” par exemple).

Face à ce danger pour les annonceurs des solutions existent mais restent très fragiles, quand elles ne prennent pas le problème à l’envers. Les algorithmes censés repérer les sites à risque et les blacklister sont aisément contournés, rendant leur action inefficace. A l’inverse, des acteurs proposent aux marques de s’associer à des sites internet engagés dans des pratiques publicitaires responsables… initiative qui peut être utile mais qui ne les protège pas des sites à risque. 

Notre expertise humaine reste nécessaire pour identifier les sites qui peuvent nuir à l’image de votre marque.

C’est sur ce segment inexploré qu’Ad Safe As Possible (ASAP) se positionne. Notre expertise nous permet d’accompagner les entreprises qui souhaitent préserver leur image de marque sur un marché où les ressources de contrôle sont dépassées ou inefficaces, tant se multiplient les plateformes de diffusion des discours de haine, manipulatoires ou complotistes. Des acteurs qui évoluent en outre constamment.

ASAP est le seul acteur du marché francophone à avoir constitué une base de données fiable et complète de cet écosystème de la haine en ligne et nos experts mènent une veille stratégique qui garantit aux annonceurs un service à jour. Notre outil permet également aux marques qui le souhaitent de mettre en avant auprès des consommateurs leur engagement en affichant le label “publicité éthique” d’ASAP.

En savoir plus ? Contactez-nous